Nous nous sommes tous une fois retrouvés dans le rayon d’un magasin sans savoir par où commencer, que ce soit pour du vin, du chocolat ou autre. Il est pourtant simple de se prémunir en étant au préalable renseigné. Car finalement, le comportement classique est de ne pas sortir de sa zone de confort en restant sur un produit que l’on connait déjà (et qui n’est peut être pas adapté).

Pour le café, c’est exactement la même chose : beaucoup de choix, de marques et de variétés qui rendent la sélection difficile. Dans cet article, nous allons voir les différents facteurs clés qu’il vous faut considérer lors du choix de votre café. Le café est très souvent la première boisson que vous avalerez au réveil. Alors ne sous-estimez pas l’impact d’un bon café sur votre journée.

Fraîcheur des grains

L’un des grands mythes concernant le café est qu’il ne périme jamais. Le mythe opposé selon lequel le café est rapidement périssable et qu’il ne peut être utilisé après 2 semaines est également un peu trompeur.

Qu’en est-il ? Le café est un fruit, une graine soigneusement cultivée et un produit agricole transformé. Même s’il n’y a pas de règle précise, un grain de café frais est bien évidemment toujours meilleur.

Comment reconnaître un café frais d’un café qui a croupi dans un entrepôt ? Cherchez les grains qui ont une date de torréfaction imprimée en clair sur le paquet. Une marque ou un producteur qui ne peut pas vous donner cette information ne le souhaite probablement pas. Soyez méfiant de tout emballage qui, bien qu’ayant un joli packaging, donne très peu d’information sur le produit en lui même.

Combien de temps dois-je mettre pour consommer mon paquet de café ? Achetez-le aussi fraîchement torréfié que possible, et essayez de le consommer au plus tard trois semaines après la date de torréfaction pour un maximum de saveur. La majorité des cafés que vous trouverez auront été torréfiés entre 7 et 14 jours avant la mise en rayon, sauf si vous allez chez le torréfacteur où ce sera frais de chez frais. Il est toujours possible de consommer le café après 4, 5 ou 6 semaines. Mais la plupart du temps, après 3 semaines, la qualité et l’intensité du gout diminueront jusqu’à donner une tasse à café à la saveur plate.

Mélange ou origine unique

Nous évoquons là un sujet épineux et un poil subjectif, mais pour faire simple : 1) si vous aimez prendre votre café avec du lait, choisissez un mélange, (2) si vous préférez le café bien noir, choisissez une seule origine.

Dans un mélange de café, la plupart du temps, des grains d’origines spécifiques ont été choisis pour créer un expresso complexe et équilibré tout en y ajoutant du lait. Les cafés ont été soigneusement sélectionnés pour donner du corps, de délicieux arômes de sucre et une saveur à la complexité florale qui équilibrent l’expresso.

Un café d’origine unique est issu d’une zone géographique connue spécifique, comme un pays, une région ou même une ferme. Cela permet au consommateur de café d’apprécier la nuance spécifique que fournie une région particulière. Donc, si vous êtes un buveur de café noir, vous serez plus à même de percevoir et de profiter de cette subtilité de saveur que viendrait masquer le lait.

Cela dit, une seule origine peut très bien être utilisée avec du lait, tout comme un mélange adapté peut donner un bon noir. Tout dépend des origines de café utilisées, que nous allons voir maintenant.

Quelle origine choisir ?

Les conditions de croissance et les facteurs économiques varient considérablement d’une zone à l’autre et il n’est donc pas surprenant que le café cultivé dans un pays diffère d’un l’autre. Les buveurs de vin ont une longue d’avance dans ce domaine. Ils s’attendent en effet à voir des caractéristiques spécifiques de saveur et d’arôme dans un vin français, qui peut être clairement distinctif d’un vin italien ou d’un autre cultivé en Australie. Le café aime se développer dans des latitudes plus chaudes entre le Tropique du Cancer et le Tropique du Capricorne. Ces latitudes sont souvent appelées «ceinture du café». Au sein de cette bande, il existe une vaste gamme de paramètres, comme l’altitude, les précipitations, les conditions du sol et la lumière du soleil, qui auront tous un impact sur le goût de votre café.

Alors, comment trouver le café qui me correspond ?

Si vous aimez les arômes fruités et floraux, s’orienter vers les cafés africains est une excellente option. Le café venant d’Amérique Centrale ou d’Amérique du Sud est idéal si vous cherchez des cafés présentant un arôme sucré, rappelant le chocolat ou la pâtisserie beurrée, avec un caractère plus doux et fruité. Comme la plupart des productions mondiales de café proviennent de cette région, il est très probable que vous trouverez un gagnant ici (personnellement je suis dingue du café du Guatemala).

Processus de traitement

Lors de la sélection d’un café, vous remarquerez que souvent sa méthode de traitement est communiquée. Il y a principalement deux méthodes de traitement, soit il est laissé «naturel», soit il est lavé. Cela vaut la peine d’être soulevé car vous aurez une expérience du café distinctement différente en raison de ce facteur, même si c’est le même café !

Un café lavé, a tout d’abord la pulpe extérieure du grain retirée pour ensuite être placé dans des réservoirs de fermentation et enfin lavés et mis à sécher. Le résultat est un café avec une grande clarté de saveur et qui présente une acidité complexe et brillante. Très populaire chez les producteurs, cette méthode permet un contrôle total du processus de fermentation et fournit donc un café avec moins de défauts.

Un café traité«naturel» est un café qui a été séché avec la pulpe sur le grain, ce qui permet à la chair et aux sucres du fruit d’être transmis à la graine. Le résultat est une «bombe fruitée», dont l’arôme spectaculaire donne la même impression que la dégustation d’un bon vin. Ce sont les deux méthodes les plus courantes même si d’autres existent, comme le Honey Process et le Wet Hulled.

L’altitude

L’altitude est une information utile qui nous informe sur les conditions de croissance. L’augmentation de l’altitude a un impact significatif sur la douceur et l’acidité d’un café. Le sucre est une source d’énergie nécessaire au caféier et, lorsque celui-ci est confronté à des conditions défavorables, utilisera cette ressource pour survivre. Le café aime des températures moyennes comprises entre 18˚C – 23˚C et, tout en ayant suffisamment de pluie, des altitudes plus élevées sont souvent préférées.

Alors, quelle altitude devrais-je cibler ? Tout ce qui se développe au-dessus de 1500 m donne des caféiers avec une forte croissance et le café présente généralement une douceur et une acidité raffinées (par exemple les savoureux cafés kenyans). Bien que plus bas, vers 1000 m – 1250 m, l’acidité est bien plus prononcée et des tons plus terreux sont trouvés, pensez au Brésil ou à l’Inde.

Conclusion

Alors maintenant, la prochaine fois que vous irez choisir un café, jetez un coup d’œil aux informations renseignées sur le sachet de café. Testez, testez et testez ! Il est important d’essayer plusieurs café pour trouver le bon. Également, n’hésitez pas à vous faire accompagner par un véritable torréfacteur et découvrez le monde de saveurs (infinies) du café.